luke-stackpoole-eWqOgJ-lfiI-unsplash.jpg

Les artistes suivants ont participé à une résidence de création du FAVA sur le thème Sur le bord du monde au cours du mois d’août 2021.

 

Des vidéos sur les artistes qui ont participé à cette résidence de création ont été tournées dans les ateliers des artistes par une équipe professionnelle; ces vidéos seront présentées dans l’installation artistique Sur le bord du monde.

Résidence de création

Marika Drolet Ferguson

Tracadie, N.-B.
Marika - portrait.jpg

Originaire de la Péninsule acadienne, Marika Drolet-Ferguson a complété des résidences de création et exposé son travail au Canada, en Suède et en Islande. Elle a été sélectionnée pour réaliser des œuvres d'art publiques dans le cadre des projets Histoires retrouvées à Tracadie, N.B. (Sheldrake, 2017) et Images Rémanentes à Moncton, N.B. (Fogo, 2018). Elle a également participé à différents événements, dont le Symposium d’art-nature de Moncton (2016) et la Foire d’art alternatif de Sudbury (2018). Son travail a été soutenu par le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick. Elle a de plus été chargée de cours en photographie à l'Université de Moncton de 2016 à 2018 et en dessin à l'École d'architecture de l'Université Laval en 2018. Marika partage son temps entre ses recherches en arts visuels et sa pratique en architecture.

Martin Krykorka

Tabusintac, N.-B.
%MK-foto.jpg

Martin Krykorka est né à Prague, en Tchécoslovaquie, et a émigré au Canada avec sa famille à l'âge de six ans. Il a étudié l'illustration au Collège Sheridan, en Ontario. Après avoir obtenu son diplôme, il est déménagé à Vancouver où il a participé à plusieurs expositions avec des artistes locaux. 

 

En 2012, il est déménagé au Nouveau-Brunswick avec sa conjointe Venessa et ils y établi une ferme biologique. Ce changement radical d'emplacement et de mode de vie a eu un effet tangible sur le processus créatif de Martin, entraînant la réalisation d'œuvres avec influences urbaines et rurales.

David Champagne

Maisonnette, N.-B.
01.jpg

David Champagne est titulaire d'un diplôme en photographie du Cégep de Matane. Au cours des années, son travail a été soutenu par divers organismes comme le Conseil des arts du Nouveau- Brunswick, le Conseil des arts du Québec, le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture du Nouveau-Brunswick, le Fonds TV5, etc. Il a également collaboré avec plusieurs ONG, autant locales qu’internationales (Handicap International, CECI, Cyclo Nord-Sud, RIFNB, etc.). Pendant l’été 2021, il a réalisé une résidence d’artiste dans le cadre du programme AIR Frais avec un séjour au phare de l’île Miscou. David Champagne est membre du collectif photo Hors d’État. Il vit et travaille présentement dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick.

Garry Sanipass

Première Nation de Bouctouche, N.-B.
garry-sanipass-2021-circuits.jpg

Né en 1970, Garry Sanipass est un artiste autochtone de la Première Nation de Bouctouche. Il considère que la motivation est ce qui inspire son art. Le français n’est pas sa langue maternelle. Pendant ses années à l’école primaire, il ne comprenait pas le français, mais fréquentait tout de même une école francophone. Il avait toujours le besoin de créer un lien avec les autres et le dessin lui permettait de communiquer avec les gens quand le langage ne le lui permettait pas. Il s’est donc retiré donc du reste du monde pour étudier et s’émerveiller devant les livres de la renaissance italienne. Il savait depuis son très jeune âge qu’il voulait devenir un artiste et, chaque fois qu’il en avait la chance, il dessinait et apprenait. La composition était introuvable. Il avait évidemment un plan qui comprenait le domaine de l’art, mais celui-ci était très bien caché. Ainsi, plus tard dans sa vie, il a suivi un cours en conception graphique au College Mckenzie de Moncton où il a appris la base de la composition. Avec la conception graphique et son intérêt pour l’histoire de l’art, il a développé son propre style d’art et de communication.

Véronic Thériault

Caraquet, N.-B.
thumbnail_20200922_163926.jpg

Née à Caraquet, mais ayant grandi dans la « gran’ville », à Laval, au Québec, Véronic Thériault est maintenant de retour dans sa région natale, sans jamais y avoir vraiment habité. Un besoin de changement, de bonté humaine et de nature l’a probablement poussée à faire ce changement drastique. Un peu impulsive, direz-vous? Possiblement!

 

Au secondaire, l’art était sa motivation. Elle a eu la chance d’étudier dans un programme favorisant la création artistique. Celui-ci lui a permis d’ouvrir ses horizons en lui donnant l’occasion de toucher à plusieurs techniques (peinture, sculpture, photographie). En 2004, alors qu’elle termine ses études secondaires, elle obtient le prix Marc-Aurèle Fortin remis par son école, l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle de Laval. Ce prix vise à souligner l’excellence de son travail et de ses démarches artistiques. Elle a par la suite suivi des formations en art, en ébénisterie et en finition de meubles sans jamais vraiment se décider sur un domaine en particulier.